HOMMAGE A NOTRE CAMARADE HENRI BLEDEL

 

 

Notre camarade Henri BLEDEL, l’un des douze au charbon, nous a quitté le 17 juillet 2013.

 

Comment ne pas penser à Henri quand on rentre au musée de la mine, je ne peux m’empêcher de l’entendre, expliquant aux visiteurs le travail du mineur; il en était si fier et il pouvait bien l’être.

Mais ne vous méprenez pas, car sa plus grande fierté, il la trouvait dans le regard des autres… Oui, sa plus grande fierté, c’était vous !

Comme il pouvait être fier de Jacqueline, son épouse qui l’a dorloté toutes ces années.

 

« Le métier de mineur m'a appris à avoir du courage et à connaître la valeur du mot travail. C'est quelque chose d'authentique, de précieux. J'essaie de transmettre ça aux enfants aujourd'hui... »

 

On a beau avoir l’habitude de parler, de faire des discours, aujourd’hui on a du mal à trouver les mots… On a envie de parler de son humour, de ses expressions, de son engagement au musée de la mine, de mille et une anecdotes plus savoureuses les unes que les autres.

 « Ni plus, ni moins » comme disait Henri !

Il est difficile d’imaginer qu’on ne le reverra plus. Il est des gens comme ça dont on a l’impression qu’ils seront toujours là, dont le visage fait tellement partie de nous.

 

Henri, nous ne t’oublierons pas, tu resteras dans notre cœur.

 

De la part de tous les membres du Musée de la Mine nous adressons toutes nos condoléances à son épouse et à toute sa famille.